Accueil
RevuePratiqueTechniqueTestsVitrines

Liens

       Zeiss Otus 85mm f/1,4    Apo-Planar
  

 

Plusieurs décennies après l'apparition du Planar 85mm f/1,4, Zeiss à décidé de concevoir une optique hors normes pour ce court télé à grande ouverture.
11 éléments en 9 groupes contre 6/5 pour son aîné, verres spéciaux et correction Apo annoncent déjà le type de produit que la marque a voulu offrir aux utilisateurs Canon et Nikon.
Cet objectif conçu selon Zeiss, sans compromis aucun, ni la taille ni le poids ont influencé les choix des ingénieurs. Le long de ce test-pratique, nous verrons quel est le progrès visible sur nos images et la cohérence par rapport à l'Otus 55mm que nous avons testé en juin 2014.
 

Vite vu 

Ces images cliquables sont un avant-goût de divers rendus que nous verrons après le test sur banc. L’échantillon ci-dessous fait à plusieurs diaphragmes et distances de prises de vues permet de voir le potentiel du Otus 85mm f/1,4. Bien entendu la plupart des images sont à grandes ouvertures. 
  

Cliquez sur les images

 

Test sur banc à 1:100
Comme d'habitude pour cette partie du test nous présentons les prélèvements sur trois secteurs du cercle d'image, centre (Zc), 10mm du centre (Zim) et 20mm du centre (Zp). Pour réaliser ces tests, nous rencontrons différents problèmes qui poussent notre banc à ses limites. Les très grands angles et les grandes ouvertures nous posent beaucoup de problèmes, ici c'est une très grande ouverture doublée d'une profondeur de champ nulle qui ont mis en difficulté nos optiques d'analyse.
À 10mm du centre, le prélèvement a été très difficile à obtenir, et c'est avec une optique 5x au lieu de l'habituel 10x que nous avons fait ces images, ceci explique une légère différence de rendu.
 
Centre (Zc)

 
Survolez l'image

Cette année Revoirfoto a 10 ans, et de tous les tests que nous avons réalisés pendant toutes ces années jamais nous n’avons vu une telle qualité à f/1,4 ! Même à pleine ouverture nous sommes frappés par le contraste et la définition, tout est là à f/1,4. Le damier est reproduit sans artefacts colorés ni débordements de formes. 
 
Zone d'intérêt maximum (Zim) à 10mm du centre

 
Survolez l'image 

Encore de l'excellence, à 10mm du centre le secteur du damier avec des éléments de 5µ est bien lisible et prouve que cette optique peut séparer 100Plmm sur tout le spectre visible. Cette performance  très difficile à montrer avec notre système d'analyse, est confirmée plus loin avec des prises de vues sur mire et sujets normaux.

Zone périphérique (Zp) à 20mm du centre
 


Survolez l'image 

Ces images à 20mm du centre montrent  les qualités du Otus 85mmf/1,4. Là encore le damier avec des éléments de 5µ est bien reproduit, cette capacité remarquable de f/1,4 à f/2,8 est exceptionnelle. Nous en profitons pour montrer que les prélèvements faits avec le Planar 85f/1,4 dans la même zone à f1,4, 2,8, 4 Voir sont beaucoup moins bien réproduits.
L’analyse attentive du damier de 5µ, nous montre le progrès accompli par les opticiens de Zeiss. Revisiter un classique déjà performant, pour augmenter encore le contraste et la résolution de micros détails, c'est visiblement réussi. Le Otus à f/2 offre des résultats supérieurs au Planar à f/4.

La trichromie


Glisez sur l'image 

Cette partie du test est très intéressante et confirme l'appellation Apo de ce Otus. 
Des nombreux fabricants ont abusé du mot Apo, dés lors que la focalisation de toutes les longueurs d'onde était légèrement meilleure que sur une optique normale, on attribuait le label Apo.
Ici nous sommes devant une optique qui focalise les trois couleurs RVB avec moins de 3µ d'écart à f/1,4 ! À cette ouverture aucun objectif testé, même de focale inférieure, ne peut se comparer. Les résultats sur les prises de vues seront visibles surtout dans les micros détails à fort écart de luminances. Voici une image très parlante, le secteur vert à f/2,8. Dans cette mire on peut voir la séparation des éléments de 1µ, c'est à dire 500Plmm ! Le seul objectif grande ouverture qui a des performances similaires est le Otus 55mm mais, ce 85mm va plus loin dans la maîtrise des micros contrastes et focalisation du spectre lumineux. Bravo !
Encore une fois, le Planar est notre temoin pour confirmer les progrès décrits, voici le même test réalisé avec le Planar 85f/1,4 à f/1,4 au centre.


Mire 60x90cm à 1:25, vignettage et déformation
Le vignettage à courtes distances est d'environ 1,40 Ev, semblable à celui du Otus 55mm, mais, nous avons l'impression que le rendu apparent est plus doux avec le 85mm. Il est possible que ce soit l'angle d'incidence de la lumière, plus grand avec les courtes focales, qui amplifie l'assombrissement naturel des optiques. Avec le tirage mécanique du Otus 85mm les Pdv à f/1,4 sont exploitables tel quelles, bien sûr pour des images aux surfaces unies, la correction par le dématriseur est nécessaire.
 
Déformation
Déformation? Quelle déformation, les 0,8% annoncés par Zeiss sont  insignifiants donc invisibles sur l'image. Comme élément de comparaison, nous avons traité avec Capture-One8 le rendu d'un autre système, le Canon 5DII avec son 50mm à f/1,4. L'idée n'est pas de faire une guerre des marques, mais de montrer le saut qualitatif d'un capteur 36Mp avec une optique de très grandes performances. Cliquez  pour voir l'image réelle avant corrections, et la pour voir l'image à 100%
  

 
Otus 85mm à f/1,4                                                                Cliquez sur l'image

 

Première conclusion
Carl Zeiss, c'est mis en tête de faire des optiques exceptionnelles, avec ce Otus deux fois plus lourd que le Planar 85 f/1,4 et d'un diamètre de filtres de 86mm au lieux de 67mm, la marque confirme que le calcul optique est la priorité absolue. Avec le test sur banc nous sommes allées très loin pour voir les "plus" de cet impressionnant objectif et nous sommes ravis d'avoir vu ce que cette optique très haut de gamme peut offrir.

Prises de vues 
Au cours de différents tests, nous avons remarqué une grande difficulté à rendre visibles les qualités d'un objectif à très grande ouverture. Une des difficultés vient de la faible profondeur de champ qui empêche la lecture des réelles performances d'une optique sur des sujets en volume.

Pour bien illustrer cette limite, nous avons fait les images ci-dessous à f/1,4, à gauche le rendu normal à pleine ouverture et à droite l'image obtenue par empilement de plusieurs images avec des Map différentes toujours à f/1,4. Du premier coup d'œil sur l'image de droite on voit les performances de la pleine ouverture quand le flou dû à la faible profondeur de champ est inexistant.
Par contre l'arrière-plan a un bokeh pratiquement identique et permet de détacher clairement le sujet, voilà une bonne nouvelle pour les photographes de natures mortes, la profondeur de champ totale à f/1,4!
 


       Otus 85mm à f/1,4


Otus 85mm à f/1,4      Cliquez sur les images

  
Tout est bon à prendre,
toutes les ouvertures sont utilisables avec leurs particularités. La pleine ouverture f/1,4 qui rend cette optique si complexe et onéreuse à produire, est parfaitement exploitable, car le contraste la résolution et la maîtrise des artefacts colorés est déjà excellente. Dans un autre secteur dédié au test du Otus 85f1,4, des images aux ouvertures f2,8-f4 couplé au Sony A7R permettront de voir l'extrême finesse permise par ce 85mm doué pour la proxi photographie. Sur le site du fabricant, Zeiss publie deux courbes Ftm, une pour l'infini et l'autre a courtes distances de travail sur ces graphs on constate que la qualité est supérieure en prise de vue rapprochée.
La Map minimum du Planar 85mm (1m) interdisait son utilisation en prise de vue d'objets, ou dans la réalisation des cadrages serrés en portrait. Sur le Otus la Map minimum passe à 80cm et permet un rapport de réduction 1/7.7, c’est-à-dire une surface de environ 290x186mm.

 

Le portrait
 

 
                      Otus 85mm à f/1,4  100iso-1/30s                                                    cliquez sur l'image

Mélange de lumières, main levée, faible vitesse d'obturation, pleine ouverture, tous ces éléments négatifs n'ont pas empêché l'ensemble D800e-Otus85 à f1,4 de s'en sortir brillamment, sur ce détail à 100% à 12mm du centre on voit encore mieux la finesse du rendu.


    400iso f/1,4


400iso f/2                         Cliquez sur les images


    


Otus 85mm à  f/2,8   400iso                                                                  

 

Lumière naturelle 400iso à f2,8, tout est là:  contraste, finesse et douceur sont présents sur cette image cadrée au format APS-C. Voir

L'évolution des produits numériques est tellement rapide, que sur 6 ans, de grands référents techniques ont disparus à jamais. Sur cet exemple, Planar 85mmf/1,4-D3X on remarque la douceur et le manque de contraste à pleine ouverture. Voir

Les objets
L'image ci-dessous, permet de voir l'effet de la profondeur de champ sur la composition, la pleine ouverture f/1,4 d'un petit télé 85mm crée des effets très prononcés de défocalisation et de détachement du centre d'intérêt. Jusqu’à présent peu de photographes s'aventuraient sur ce type d'images, car les optiques ne permettaient pas un rendu exempt d'aberrations avec une bonne résolution et contraste.
 


Cliquez sur l'image

Conclusion

Plusieurs dizaines d'images sont restées dans les archives et réclament une troisième partie.
Dans cette troisième partie, nous parlerons d'autres points forts de ce Otus. Couplé au Sony A7R, nous verrons plus en détail le "rendu peaux" sous lumière artificielle, et nous aborderons le paysage.
Outil professionnel de tout point de vue, cet objectif offre une incroyable palette de rendus dès la pleine ouverture. La course très longue de sa mécanique est parfaitement adaptée à une Map au 1/10 de mm nécessaires pour les capteurs modernes avec des pixels de 5µ ou inférieurs.
À essayer absolument.



Un grand remerciement à la société Rivolier et M. Mercadal pour nous avoir confié cet objectif le temps nécessaire pour déguster un grand cru.





Tin Cuadra


 

.:. Haut