Accueil
RevuePratiqueTechniqueTestsVitrines

Liens

IQ260 Phase-One

Apo-Digitar 120mm, 80mm Schneider, Capture-One 8

L’année 2014 a été l'année du Cmos dans le monde du moyen format, Cmos par-ci Cmos par-là, comme si l'arrivé de cette technologie était porteuse à elle seule du salut du moyen format. Mais les atouts réels du Cmos, (l'amplitude de sensibilités utiles) dans un capteur de petite taille (44x33mm env), ne font pas encore le poids face à un summum de la technologie CCD en (53,9x40,4mm).
Servi par des optiques de très grande qualité. Le long de ce test-pratique, nous verrons les points forts de cet outil haut de gamme. 
   


 

                            Les points forts
La surface

Les 2 177mm² (53,9x40,4) avec une taille de pixel de 6µ et une densité de 27.777... pixels au mm² offrent un somptueux 60 millions de pixels avec une diagonale de 67,3mm. Cette surface avec une diagonale 1,5 fois plus grande que celle d'un 24x36, échantillonnée en 16Bits est le premier grand atout de ce capteur.

 

La dynamique
13 diaphragmes est la dynamique annoncée avec fierté par Phase-One pour son IQ260, or dans certains sites dédiés au test de matériel photographique, beaucoup d'appareils 24x36 actuels atteignent ou dépassent ces 13stops de dynamique, dans ces pages nous verrons si cette plage dynamique est tout à fait banal et si tous ces graphes résistent au regard attentif et dans quelle mesure les subtilités infimes d'une image infirment ces résultats.

Les temps de pose
Phase-One dans ses fiches techniques met en avant la particularité du IQ260 qui est de permettre des poses longues allant jusqu'à 1 heure ! Si cette capacité se confirme dans les images, ce serait une prouesse exceptionnelle, car nous savons qu'en technologie CCD le bruit de fond rendait impossibles ces temps de pose sans avoir recours au refroidissement forcé du capteur.
Voilà pour les points forts du dos, pour accompagner le 645DF+IQ260 dans ce test, Fabrice Michaux du Moyen Format, nous a proposé le 120mm Apo-Aspheric à décentrement et bascule de Schneider capable de résoudre beaucoup de problèmes (qui, jusqu’à présent, étaient réservés à la chambre technique) ainsi que le normal 80mm f/2,8 autofocus. Ces deux optiques très différentes, permettent des images de très grande qualité, les 60Mp du IQ260 seront les témoins de nos dires.

 

Apo Symmar 120mm f/5,6 Aspheric
Avec 6 lentilles en 4 groupes, cet objectif symétrique avec correction apochromatique surclasse en résolution ses aînées pour chambre 4x5, mais au delà de la finesse de détails reproduits il y a le grand cercle d'image (153mm) que permet le décentrement et la bascule en toute tranquillité, en effet cet objectif pouvant couvrir plus de deux fois la diagonale du capteur, permet  12mm de décentrement et  8° de bascule sans aucun problème majeur d'assombrissement et dégradation des angles.

 

Images IQ260 et Apo-Symmar 120mm

La première image vue de la fenêtre, permet de voir le champ couvert et le rendu dans différentes zones à f/8 et 50iso

 


                  Cadre gauche                  Cadre centre                Cadre droite 
 

Il y a déjà un certain temps, des photographes travaillant a la chambre argentique et désireux de migrer vers le numérique à moindres frais, furent tenté par conserver leurs optiques, mais pour la plupart de ces optiques la résolution c'est avéré décevante sur capteur.
Attentifs, les grands fabriquant comme Schneider se sont empressés de calculer de nouvelles gammes d'optique (Digitar) en conciliant au mieux un cercle d'image adapté au moyen format avec une haute résolution sur tout le champ d'image. Nous savons que réunir ces deux qualités est extrêmement difficile. Ici, avec ce 120mm, Schneider à réussi un très bon compromis, car même si la résolution n'est pas aussi élevée qu’avec une optique à petit cercle d'image, elle est largement suffisante pour fournir des images très riches jusque dans les angles de 153mm du cercle d'image.


Les courtes distances de travail
 


          F/8 100Iso                             
Cadre gauche                  Cadre droite       

 
Cette image de très fort contraste faite en plein soleil, nous informe de plusieurs choses. Coté capteur, on peut voir l'excellente tenue en chromie dans les secteurs critiques comme les blancs 253 ou le noir 10 dans Photoshop. Côté optique on remarque l'absence totale d'artefact, on ne voit ni franges ni éblouissements débordant les formes dans les hautes lumières. Bravo!

 
Le portrait
 
La peau du visage, a toujours été un critère d'analyse et de comparaison entre les différents systèmes d'imagerie photographique, il n'est pas rare d'entendre (de la part des photographes portraitistes essentiellement) s’interroger sur les particularités du rendu de la peau de tel ou tel film, dos, ou optique. L’acuité de l'œil expérimenté est très développée dans le jugement des infimes différences du rendu de la peau. Les images que nous présentons, faites sans aucune sophistication (maquillage, lumières d'appoint), sont là pour montrer le type de rendu possible avec cet ensemble IQ260-Apo-Symmar-Capture-One8.

    


         IQ260-Iso400 120mm f/5,6                                                       Cliquez sur l'image

Cette image à pleine ouverture et 400iso, d'un visage en lumière naturelle et sans aucun maquillage, nous permets de voir l'extrême douceur que l'on peut obtenir. Bien sûr, cette douceur est très riche en détail et en matière. Mais la crispation que l’on peut observer parfois avec des systèmes en petit format n’apparait pas ici. La transition des tons est en effet très subtile, même à une sensibilité déjà élevée pour ce dos optimisé pour 50 ou 100 Iso.
 

Lumiére artificielle (néon)
 


IQ260100Iso  Symmar120mmf/8                                             Cliquez sur l'image
 

Sous lumière artificielle (Neon) le visage de Valeska (sans aucun maquillage) est subtilement restitué. Les plus faibles changements de couleurs dans les différences parties du visage sont restitués délicatement. Avec Capture-One 8 nous avons choisi le mode *Linaire Scientific* pour traiter l'image, la douceur obtenue par ce mode nous a paru très adaptée au portrait.

120mm PC-TS en action
Jusqu'à present nous avons utilisé le 120mm de Schneider en mode normal, c'est à dire avec l'axe optique au centre de l'image, avec les images ci-dessous nou verrons son comportement avec des bascules de 6° et 8°, en lumière naturelle à 400 Iso et 50Iso respectivement.
 

 
120 mm f/8  normal                                                                    Cliquez sur l'image

 
Avec ces images à 400Iso avec une bascule de 6°, on voit la grande saturation de couleur et le modelé superbe. De plus on voit la magie de la focalisation des objets éloignes de 40cm tout en conservant le flou arrière pratiquement identique sur les deux photographies.
Si on diaphragme pour essayer d'obtenir les objets du premier plan nets on perd le flou de l'arriéré plan que peut être indispensable pour certaines images. Dans notre exemple les sur brillances et les papiers en arrière plans sont peu gênants grâce au flou.
   


120mm f/8 Bascule de 6°                                                        Cliquez sur l'image 

   
Pour bien voir les performances de ce couple IQ260 et Symmar120mm PC-TS, nous avons fait des images à 50Iso, la lumière du soleil crée un énorme écart des luminances et des reflets spéculaires qui poussent les capteurs à produire des formes sans aucune information avec des franges débordantes de phénomènes parasites. Rien de tout cela avec ce systéme hors normes
 


    Symmar f/5,6 50Iso                             Cadre haut                     Cadre bas                          

 
Les couches de vernis et les couleurs très satures des ces fleurs peintes, montrent que le comportement de ce système (IQ260-120mm ) en proxi-photographie est très performant et respectueux de l’apparence du sujet.
Sur le cadre du bas on voit que les reflets laissés hors plage dynamique sont très réalistes et sans aucune coloration, la transparence et craquelure sont limpide même avec une loupe 100%.
Voilà pour ce premier Schneider couple au IQ260, des redus exceptionnels à tout point de vue, et même si à 400iso on voit le bruit de fond pointer son nez, les résultats sont tout à fait hors-norme.
Pour la suite et fin du tes-pratiques, nous emploierons le 80mm f/2,8 de Schneider dédié à Phase-One, la première image est une mire de 120cm x180cm photographié avec un rapport de réduction de 1/33 avec le IQ260 (1800/53,9), présenté avec l'image obtenue avec un Canon 5DMarkII et son 50mm f/1,4 cette fois avec un rapport de 1/50 (1800/36). Ce parallèle permet de voir comment deux systèmes avec des capteurs avec une taille de pixels presque identique produisent de résultats très différents.
 

 
Canon 5d II                                             IQ260                    Cliquez sur l'image

Si on accepte l'idée que les deux optiques à f/5,6 sont équivalentes en résolution, on est obligé de constater que c'est le format du capteur du IQ260 et sont rapport de réduction 1,5 fois inférieure que permettent cette énorme différence de qualité de reproduction.
 
80mm en portrait 
   


80mm f/5,6 100 Iso                                                                    Cliquez sur l'image 

Le rendu du 80mm f/2,8 de Schneider est très doux, sans être mou ni fade, les zones floues sont très arrondies avec peut de dédoublement de formes, la réactivité de l’autofocus est très grande pour un moyen format. Nous avons fait d'autres images malheureusement on ne peut tout montrer, peut être que dans d'autres comparatifs nous pourrons les montrer.

Reproduction
L'image ci-dessous avec le même objectif et toujours à f/5,6, montre les qualités de ce normal à tout faire, la déformation en barillet et le vignettage très modérés permettent ce type de photographies avec des résultats surprenants de qualité.
 


80mm f/5,6 50Iso                                                                     Cliquez sur l'image 


Les poses longues
Pour finir ce test-pratique, il nous reste plus qu'à évoquer la qualité de ce dos en poses longues, voire ultra-longues. La première photographie faite avec une pose de 15min dans la lueur d'une lampe LED dans une obscurité telle, que la Map et le cadrage sont impossibles sans éclairer la pièce.
L'image ci-dessous est digne d'un compteur des photons scientifique, tellement la reproduction des formes et couleurs est juste. Bravo ! 

 

 
80mm f/5,6 15 minutes 140Iso                                                  Cliquez sur l'image

 
Pour aller plus loin du côté obscur, nous avons fait une autre prise avec 30minutes de pose, la encore les résultats rendent inimaginable l'obscurité dans laquelle il a fallu c'est plonger pour pouvoir obtenir ce temps de pose. 
 


80mm f/8 30minutes 140Iso                                                   Cliquez sur l'image 

 
Dans la chambre noire, la vieille pendule GraLab paraît tourner à toute vitesse et ses aiguilles ont totalement disparu, mais si l'on regarde attentivement on voit certaines traces de leur passage, impressionnant!
Le procédé technique trouvé par les ingénieurs de Phase-One est d'une efficacité déconcertante, et ouvre des pistes d'exploration vers de prises de vues dans l'invisible. Ceci peut intéresser beaucoup des photographes même si pour de telles poses il faut attendre le double du temps pour pouvoir déclencher à nouveau, et qu'il faut prévoir une batterie bien chargée par pose d'une demi-heure.

Conclusion

Ce dos très onéreux destiné aux professionnels est une grande réussite, nous l'avons eu pendant une semaine avec le 645 DF+, temps suffisant pour explorer les performances dans à peu près tous les espaces photographiques; plein jour, néons, fenêtres, obscurité, peaux, reproduction...Avec toutes ces sources et sujets, le constat est toujours; douceur, nuances, saturation, résolution.

Sans micro-lentilles ce dos peut s'adapter sur toutes les chambres techniques (Linhof, Sinar, Arca...) donnant accès à une grande gamme d'optiques ultras performantes Schneider Digitar ou Rodenstock Digaron, allant du très grand angle 23mm, au télé 180mm, tous optimisés pour couvrir la surface d'un capteur 40x54 mm, et permettre des mouvements de bascule et décentrement indispensables dans beaucoup des cas.

Le seul domaine dans lequel le IQ260 ne peut offrir dès très grandes performances c'est dans les très hautes sensibilités. Avec l'arrivée du IQ250 en Cmos Phase-One complète son offre et permettra au photographe travaillant en moyen format de franchir la frontière de 800Iso en reportage. Le fait que Schneider travaille en collaboration avec Phase-One est un autre atout mayeur dans l'obtention de résultats hors normes. Le 120mm PC-TS est un outil très complet, que même s’il n'égale pas les mouvements d'une chambre technique, il permet des images bénéficiant de mouvements, même à main levée.


Merci à Fabrice Michaux pour le prêt et conseils,
et Rdv pour d'autres test-pratiques


Tin Cuadra 

 


 

 

 

 

 

.:. Haut