Accueil
RevuePratiqueTechniqueTestsVitrines

Liens

      Sony A7R

 

    


Dès la présentation des premiers Nex, nous avions était séduit par le potentiel de ce type d'appareil ultra compact et compatible avec la plupart des optiques toutes marques confondues. Pour  préparer le test de cet appareil, nous avons commandé les bagues d'adaptation pour Nikon et Leica M. Cependant, aucun des modèles Nex 3,5,6 n'a provoqué vraiment l'envie de nous lancer dans ces pages, alors nous avons attendu le "Next". Quelques années plus tard, Sony, très réactif, a corrigé et intégré une multitude d'éléments pour nous proposer enfin le "suivant" , non plus un Nex, mais le ILCE-7R 36Mp, et c'est avec beaucoup enthousiasme et toutes optiques dehors que nous dépoussiérons les bagues et commençons ces pages.

Pour bien appréhender cet appareil, nous avons choisi de le traiter comme boîtier de reportage, de reproduction, et comme dos numérique en mode repro et scanner. De plus nous avons fait un parallèle avec le Nikon D800e avec plusieurs optiques en monture F comme le extraordinaire Apo Makro-Symmar 90mm f/4,5 Schneider, et testé le rendu avec des optiques Leica et Zeiss en monture M et R.

Dans l'esprit de rendre ces pages plus digestes nous avons introduit un changement dans la manière de faire ce test-pratique. Désormais il y aura une première partie purement photographique sans mires ni langage de technicien, seulement des photographies commentées et présentées de la meilleure manière pour montrer le potentiel de l'appareil en test. La seconde partie sera consacrée aux mires et à la lecture technique de certains résultats pour aller plus loin dans la compréhension des rendus.

Le premier élément que nous voulions voir en déballant le Sony ILCE-7R, c'était la prise en mains et l'ergonomie des commandes, d’éprouver la sensation d'avoir un vrai appareil photographique avec des bagues et roues mécaniques accompagnées de menus accessibles et conviviaux.
 


Prise en mains
Après quelques tâtonnements, les commandes essentielles prennent place facilement entre nos doigts. Ainsi le contrôle des Iso, Vitesse, cadence de prise des vues, température de couleur..., toutes regroupées sur la touche Fn accessible sans quitter l'œil du viseur nous a parue d'une grande simplicité. De plus, les trois mollettes placées au-dessus du boîtier permettent le contrôle de l'exposition de deux manières très utiles : 
- la première, la roue + - 3 diaphragmes permet une correction permanente, pour des séries de Pdv par exemple.
- la deuxième, programmable, est accessible dans le menu, mais aussi par les molettes du boîtier pouvant aller jusqu'à (+ - 5) diaphragmes, avec retour  à zéro si l'on éteint l'appareil. Voir commandes     Voir Touches

 

Le viseur
Le deuxième point qu'il fallait vérifier c'était le viseur électronique de 2,4Mp et son système de Map par loupe jusqu' à 140%.

À notre grande surprise, en très peu de temps nous nous prenons au jeu de solliciter le télémètre électronique, ce geste devient un réflexe très naturel. Bien entendu, nous ne sommes pas devant un viseur de reflex moderne, la finesse des détails est moindre, par contre la luminosité est supérieure, surtout si on travaille à diaphragme réel, par exemple on peut passer de la pleine ouverture à f22 tout en gardant la même luminosité dans le viseur électronique, bien sûr il y a un temps d'adaptation que l'on peut apercevoir quand les changements de luminosité sont trop rapides, aussi, si la luminosité est trop faible le bruit amoindrit l'acuité de l'image.

Nous voilà avec un boîtier prêt a recevoir une multitude d'optiques, des plus anciennes au plus modernes et sophistiquées, malheureusement pour ce test nous n'avons pas les objectifs Zeiss et Sony dédiés, par contre une gamme très étendue d'optiques Zeiss ZM, Leica M-R, Nikon, Rodagon, et surtout le Schneider à décentrement et bascule de 90mm. 
Avec l'aimable participation du  Moyen Format, importateur de la marque Schneider nous disposons de cette optique pour aller chatouiller le 36Mp sans filtre passe-bas du Sony ILCE-7R.
 

La résolution

Dans les pages sur le D800e nous avions dit à tort que le D800e n'avait pas de filtre passe-bas, en réalité il y a un filtre mais sont action est moindre selon Nikon, a tel point que Nikon decrit les deux boîtiers D800 et le D800e comme etant très differents sur cet aspect.Voir

Le Sony ILCE-7R est un vrai capteur sans filtre passe-bas, alors le premier comparatif que nous alons faire avant de parler de differents couples optique-capteur, concerne le Nikon D800e et son presque absent filtre passe-bas et le Sony ILCE-7R.

 

  
   Sony ILCE-7R


Nikon D800e                      Cliquez sur les images

 
La lecture de ces images ne nous permet pas de départager les résultats. Sur les fichiers natifs nous avions l'impression que celui du ILCE-7R était plus performant dans les micros détails, mais pas suffisamment pour conclure que ces deux approches techniques donnent des images visiblement différentes. Sur cette base, on peut dire que le Nikon D800e se comporte comme s'il n'y avait pas de filtre passe-bas.

Dans le test-pratique du D800e couple au Apo MakroSymmar-90mmf/4,5, nous avons abordé une grande part des possibilités offertes par cette optique. Avec le ILCE-7R nous verrons la résolution, dynamique, chromie, panoramas et reproductions avec des images que nous espérons très parlantes.

Nuances et Résolution

La critique qu'on entend souvent chez les photographes à propos des optiques apochromatiques très techniques comme les Macros et les objectifs de reproduction est que le contraste est trop élevé pour certains usages. Effectivement nous avions constaté qu’avec le Makro-Planar 120mm f/4 Zeiss-Contax par exemple, le contraste des images sur diapositives était très grand, surtout par rapport au Planar 80mm f/2. Avec ce couple Sony-Schneider rien de tout ça n'est visible et l’équilibre entre résolution, contraste et couleur est extraordinaire.
 


Cliquez pour voir à 100%            Cadre1                 Cadre2

Cette image à f/8 en contre jour, avec des plans entre 30 et plus de 500 mètres de distance, permet de voir le rendu très riche malgré le voile atmosphérique. Les premiers plans sont bien contrastés et très résolus comme on peut voir dans le cadre2, au loin la finesse des détails et nuances sont bien présente. Cet agrandissement à 50%, est peut-être mieux adapté pour illustrer le rendu photographique de ce couple. Voir
 

 
Cliquez sur l'image 

Avec des éléments situés entre 200 et 300 mètres, présentés à 25% on s'aperçoit de tout le potentiel de ce capteur servi par une superbe optique. L’assistance de Map de 140% du ILCE-7R permet de faire la mise au point très finement, ici nous avons choisi la maison que surplombe la colline.
   


Cliquez sur l'image

1600Iso!, pour cette photographie à main levée, la bascule de 8° a permis de défocaliser toute la surface de la table, pour faire ressortir le point sur le muguet du 1er mai, la encore saturation et finesse sont très présent avec un bruit très faible.
 


Cliquez sur l'image 

Le 3 mai en plein soleil, l'image avec la charte X-Rite montre la douceur et saturation de ce couple, plus loin nous verrons quel est la sélectivité des filtres utilisés par Sony sur ce capteur. Ici malgré la compression des fichiers en .JPG on remarque une très grande étendue des tons.
   

 
Cliquez sur l'image

Encore une image avec un éclairage très dur, les nuances du blanc au noir en passant par toute sorte des gris est remarquable. La résolution dans ces conditions idéales explose à tel point qu’on peut s'exclamer et la "poussière fut". Dans ce cadre presenté à 100% on peut voir l'ensemble des propos tenus. Voir
 


Cliquez sur l'image 

Avec un traitement plus contrasté, sous une lumière à multiples sources on remarque encore que les possibilités photographiques du ILCE-7R couplé avec une très bonne optique sont superbes, comme vous avez remarqué les distances de prise de vues sont de plus en plus courtes, l'idée dans cette présentation c'est de bien montrer l'étendue des possibilités du Makro-Symmar qui peut passer de l'infini au plan rapproché sans aucun problème ni amoindrissement, le capteur le plus subtil et neutre que la technologie 24x36 nous propose en est le témoin.
 


Cliquez sur l'image

Contraste et saturation dans un cet ensemble des couleurs venues d'ailleurs, plus on approche la fin de cette première partie du test plus grande est l'évidence de la maturité du numérique en 2014. Sony a réussi l'exploit de faire un boîtier très souple d'utilisation avec des qualités remarquables, tant du point de vue de l'utilisation que en rendu photographique. L'exposition par exemple est d'une justesse exemplaire. Comparé au Nikon D800e le ILCE-7R est beaucoup plus juste dans la plupart des cas, plus loin, avec d'autres optiques nous illustrerons cette qualité.

Réalité "Augmentée et/ou amplifiée"

Dans les pages du D800e et l'Apo Symmar, on trouve quelques exemples des photographies possibles avec une optique à bascule et decentrement. Pour ne pas nous repeter nous avons choisi d'autres exemples proches mais suffisament differents et complaimentaires.

La bascule
 


                    f4,5

                    f/11

                f/11 basc, 6°

 
Cette série faite à f/4,5, f/11 et f/11 avec 6° de bascule, sous lumière ambiante en contre-jour, permet de voir le contraste et résolution à pleine ouverture, celle à f/11 montre la résolution avec une ouverture à laquelle la diffraction commence à se faire sentir, et la troisième à f/11 avec une bascule de 6° permet de voir l'augmentation de la zone de netteté.
Voir image 50%

 Pour compléter cette illustration, ci-dessous on peut voir un secteur des images à 100%.
 


f4,5


                 f/11                         


                 f/11 basc, 6°

 Cliquez sur les images

Suite...

 

.:. Haut