Accueil
RevuePratiqueTechniqueTestsVitrines

Liens

Kinoptik Apochromat
100mm f/2


 

 
Kinoptik fabricant français d'optiques pour le cinéma la photographie et l'industrie, célèbre cette année ses 81 ans. Malgré cette longue expérience, la notoriété de cette société auprès des photographes est très faible, notamment en France, car on constate une plus grande activité autour de la marque dans d'autres pays, où collectionneurs et connaisseurs dépensent de fortes sommes pour acquérir certaines de ces optiques. M. Didier Mercadal, Agent commercial de Kinoptik France, conscient que les tests pratiques de Revoirfoto sont une bonne manière d'informer et faire connaître le savoir-faire des fabricants d'optiques, nous propose de tester une série d'objectifs de la marque.

 

Pour commencer la série, nous avons testé l'Apochromat 100 mm f/2, ce petit télé calculé il y a plus de quarante ans est un pionnier dans les ouvertures extrêmes et il a été pendant de longues années le seul à offrir une telle ouverture.
Le long de ces pages, nous verrons le comportement photographique de cette optique avec notre méthode de test sur banc et  couplée au Nikon D800e.
Que peut valoir une optique calculée à l'époque des Kodachromes, Hp5, TriX ?... Quel calcul peut résister à un demi-siècle de progrès, que peuvent les calculettes de l'époque contre les centres de calculs informatisés d'aujourd'hui ? Avec le regard d'une surface sensible aux 40.000 pixels au mm² nous espérons en avoir le cœur net à la fin de ce test-pratique
 


 

Cliquez sur les images

Amuses vue
Avant de commencer, ces images sans aucune correction optique dans le logiciel de dématrisage, montrent les rendus possibles sur différents sujets et lumières.
 

 

Test sur banc
Comme d'habitude pour ce test, les images du centre sur plusieurs diaphragmes et une référence flottante, au meilleur rendu possible pour l'optique en question.
 
Zone centrale 


Glissez sur l'image


 

Sur ces images on peut constater la douceur des formes dès la pleine ouverture jusqu'à f/2,8. Dès f/4 le contraste est important et atteint son maximum à f/5,6. C'est pourquoi cette ouverture devient la référence.
 
Zim (10mm du centre) 


Glissez sur l'image 

 

Dans cette zone (10mm du centre), il est intéressant de remarquer comment les détails se détachent et conservent leurs formes malgré une douceur très forte, et ce même à pleine ouverture.
Cette particularité de grande douceur chargée d'information est une qualité très intéressante en photographie des portraits.
 
Zone périphérique (20mm du centre)  


Glissez sur l'image 

 

Dans cette zone les choses se compliquent, car à la douceur viennent s'ajouter les différentes aberrations chromatiques sphériques qui nuisent au rendu des détails. Les photographies au D800e dans ce secteur de l'image montreront dans quelles proportions ce test sur banc est trop critique.
 
Trichromie 


Glissez sur l'image

 

Ce test permet de voir l’aptitude de l'optique à focaliser toutes les couleurs sur le même plan focal, pour simplifier nous avons choisi les trois couleurs de la séparation trichromique, bleu, vert, rouge, plus la forme témoin en noir et blanc. Le résultat pour cet Apochromat très lumineux sont excellents, seule la couleur bleu est en décalage dans les grandes ouvertures, à f5,6 (référence) les trois couleurs sont pratiquement sur le même plan focal. Pour bien comprendre la difficulté qu’ont les opticiens pour résoudre le problème de la focalisation de toutes les couleurs sur le même plan, nous ajoutons les images obtenues avec le Makro-Planar 100 f/2 de Zeiss. 


Makro-Planar 100mmf/2


 

Rf1 
Cette mire noir et blanc à grand contraste permet de faire une sorte de synthèse entre: contraste, résolution et diaphragme. Les éléments de 0,5 mm vu avec un rapport de réduction de 1/100 donnent des formes de 5µ sur le plan focal. Cette taille de micros-détails nous permet de voir l'évolution de la diffraction au fur à mesure de la fermeture du diaphragme et aussi de l'augmentation du contraste généralement remarqué.
   


 

 

Ces images confirment qu'à pleine ouverture les détails les plus fins résistent difficilement à la douceur  par contre on peut voir qu’à f/5,6 ils se détachent avec une bonne définition et contraste. Nous ne montrons pas tous les diaphragmes, mais en réalité c'est à partir de f/4 que le rendu est très contrasté.

Couple D800e-Apochromat 100mmf/2 
Voilà, nous arrivons à la partie du test que préfèrent les photographes, celle où les images obtenues dans des conditions de photographie courante montrent des résultats possibles, mais comme nous sommes des incorrigibles techniciens il y aura tout d'abord quelques mires photographiées dans des conditions très précises, elles nous permettront de faire un parallèle entre le rendu mesuré avec une surface plate et un vrai sujet avec ses infinies dimensions.
Pour  d'autres optiques testées  nous avons fait plusieurs échelles de réduction, avec plusieurs diaphragmes et plusieurs zones de l'image, c'est très long et ennuyeux, alors pour faire plus «digeste», nous ne montrerons que le rapport 1/25, (600x900mm dans 24x36mm) à différentes ouvertures.
 
Deformation- vignettage 


 


La déformation est inexistante et le vignettage très léger, sur la capture-écran on peut voir la ligne bleu placée dans Photoshop sur la mire pour bien montrer l’excellente maîtrise de la géométrie. Le vignettage reste très limité jusqu'aux angles extrêmes.
 
Résolution et contraste


                                                   
f/2       f/4      f/5,6           Cliquez sur les diaphragmes
 
Dans ce domaine et à cette échelle (1/25) le Kinoptik de 100mm est surprenant et il nous rappelle par son rendu doux et défini, le superbe Sonnar 50mm f/1,5 de Zeiss. À pleine ouverture la mire est reproduite avec beaucoup de finesse malgré le faible contraste. Dès f/4 le contraste et la résolution sont très élevés sans toutefois arriver à la résolution extrême de certaines optiques récentes. Seuls les angles de la mire sont en retrait à toutes les ouvertures et il faut diaphragmer à f/5,6-8 pour que la qualité approche celle du centre.
 
Couleur des micro-détails
Sur ce point cette optique est remarquable, dès f/2 la neutralité des micros détails est frappante, et cette performance est d'autant plus remarquable quand on sait que des optiques plus performantes en résolution et contraste, à pleine ouverture, ne maîtrisent pas la chromie des micro-détails aussi bien que ce 100mm de Kinoptik.
Ci-dessous avec les images obtenues avec le Makro-Planar 100mmf/2 et le Kinoptik 100mm f/2 à pleine ouverture, on peut voir que la mire bien que très contrastée avec le Planar, est légèrement magenta   alors que celle obtenue avec le Kinoptik est beaucoup plus douce, mais neutre.
 


 


 

Conclusion technique
Cette optique testée par un robot x ou y, donnerait des résultats en deçà de ses qualités réelles, car la douceur aux grandes ouvertures, et les angles beaucoup moins performants que le centre la handicapent pour un classement aux points ou aux étoiles.
Mais si on regarde sa signature, la finesse des détails enveloppées aux grandes ouvertures, la douceur et le contraste selon le diaphragme, la neutralité des micros détails, et sa géométrie presque parfaite,  la conclusion est que nous sommes devant un très bon objectif. Pas une optique de reproduction comme le Macro-Symmar  90mmf4,5 qui est pratiquement identique de f/4,5 à f/11, ou  le Makro-Planar 100mm f/2 contrasté et piqué dès la pleine ouverture. Le Kinoptik 100mm f/2 est une optique à rendu variable parfaitement adaptée pour le studio et  le portrait.

Prises de vues réelles
La deuxième partie du test-pratique ce sont les images obtenues dans des conditions courantes de Pdv, pour mieux illustrer dans la pratique ce que nous venons de voir dans les tests techniques. Nous essayerons de montrer des images correspondant aux différents rapports vus avec les mires pour créer un lien entre mires et réalité... Voir deuxiéme partie

 

 





 

.:. Haut