Accueil
RevuePratiqueTechniqueTestsVitrines

Dossiers
 

Sommes nous


«Il y a cependant une sorte de philosophie derrière cette “ tendance ”.
Derrière le “ flou ”, il y a l’intuition d’une mise au point impossible sur le réel, l’impossibilité de rendre compte du monde dans sa fluidité, son éphémérité,
son inexactitude – et donc d’en être témoin et d’en porter témoignage.
C’est le parti pris d’en saisir le mouvement, le mode d’apparition,
dans une sorte d’anamorphose et d’improvisation.» Jean Baudrillard


Un titre en forme de question pour une exposition qui heureusement n’y répond pas. Vous trouverez ici une posture à la fois intime, collective et mondiale, sans dogmatisme ni démagogie, mais avec un parti pris manifestement philosophique. C’est d’ailleurs une citation du philosophe Jean Baudrillard qui nous introduit dans cette réflexion en image présentée par le collectif Tendance Floue : "Le désir de photographier est le contraire du désir de signifier à tout prix, de témoigner ou d'informer… Il est de l'ordre de la sidération et de l'illusion. De l'ordre de la disparition aussi, ce n'est pas pour durer, c'est pour mieux disparaître."

Les images ne disparaissent pas, au contraire, elles s’ancrent dans nos esprits, elles nous habitent. Les douze photographes du collectif agencent leurs images afin de nous proposer une véritable pensée sur le monde contemporain. L’exposition emmène le spectateur d’images en images dans le désordre mondial ambiant tout en explorant nos propres contradictions. Ce qui frappe, c’est la puissance esthétique et politique induite par la disposition des photographies : une casse automobile est côte à côte avec un bureau de vote en Afghanistan, la photographie du président malien emporté par une foule enthousiaste jouxte celle de l’Assemblée nationale française vide de toute âme…



Démocratie, guerre ou violence quotidienne, tout s’éclaire pour le curieux qui se sera muni de son « carnet de navigation ». Ce petit cahier contenant les légendes, ainsi déliées des images, est posé sur la table au centre de la pièce. Le spectateur peut  s’abandonner dans l’imaginaire de la représentation avant de l’« ancrer » dans la réalité du texte. L’auteur, par contre, reste toujours absent. Sommes-nous… l’auteur?

L'auteur, c'est le collectif. Voilà une position qui peut sembler paradoxale de la part d'un collectif constitué en cette période d'affirmation de la position d'auteur par les photographes, et de sa négation par les grandes banques d'images. C’est aussi la grande force de ce collectif qui réalise ainsi une véritable « mise en commun » des images depuis maintenant quinze ans.

Sommes-nous… ?

De l’éclectisme des images, des ambiances et des thèmes, ressort un sentiment d’une entité mondialement intime: l’humanité.

Raphaële Bertho

Cette exposition a eu lieu au Frigos dans le cadre du Mois de la Photo 2006 et elle sera présentée du 13 janvier au 17 février 2007à la Maison des Arts de Créteil

http://www.tendancefloue.net/

 

.:. Haut