Accueil
RevuePratiqueTechniqueTestsVitrines

Dossiers

Au-delà du mois, la "photographie imprimée"
La 14e édition du mois de la photo à Paris propose de s'intéresser
à la "photographie imprimée", la photo et le livre, le magazine, l'affiche.

       Paris, qui pour beaucoup est "la ville lumière", devient pour ce mois de Novembre 2006, capitale de la photographie. Le succès des éditions précédentes du mois de la photo (c'est cette année la quatorzième édition ) a poussé la municipalité à développer ce projet et à encourager tous les acteurs de la photographie à Paris à recouvrir leurs murs et cimaises d'images. Au total donc, plus de soixante expos disséminées à travers la ville. De quoi satisfaire les passionnés et les curieux. 

Un événement attendu
          
Le rendez-vous du mois de la photo est un événement attendu par tous les amateurs de photographie, et ce pour plusieurs raisons. D'une part parce qu'il permet aux galeristes et aux collectionneurs de faire ressortir de leur tiroirs des raretés précieuses longtemps restées cachées au public. Ensuite, parce que les expositions d'images contemporaines permettent de faire un point sur le sens que prend la création photographique aujourd'hui.
           
Cette année, le mois de la photo questionne les liens entre la photographie et la page imprimée, que ce soit le livre, l'affiche ou le magazine. Le choix et l'orchestration des expositions ont été confiés à trois personnalités du monde de l'image : Anne de Mondenard, historienne, a rassemblé des projets emblématiques du lien entre la photo et son impression. Gabriel Bauret, auteur et critique, s'est intéressé aux diverses formes de publications photographiques, à leurs influences et leurs évolutions. Enfin, le directeur artistique Peter Knapp propose un choix de publications significatives où le mélange du texte et de l'image sont particulièrement réussis.

Une nouvelle photographie
          
Le passage, encore récent, de l'argentique au numérique a eu pour conséquence de modifier radicalement le travail des artistes. La qualité sans cesse grandissante des différents types de boîtiers a amené plus d'un irréductible du film à se convertir au pixel et, nécessairement, les artistes ont du repenser leur pratique.
           Les partenaires et les outils des photographes changent, du coup les photographes changent aussi. Les genres explosent et se confondent les uns les autres. Le documentaire devient art, la mode devient documentaire, l'esthétique publicitaire envahit les galeries mais aussi les grands quotidiens ou encore les agences de presse. Numérique, la photo sans "matière" se déplace vite et partout, sans contrôle (c'est bien…) mais aussi souvent sans idées (c'est moins bien…).

La fin du papier ?
         
Avant l'ère numérique, la photographie était nécessairement, obligatoirement liée au papier. Elle existait bien sur le négatif ou la diapo mais avait tout de même pour finalité d'être révélée sur papier. Les choses aujourd'hui ont changé. Le tirage n'est plus une finalité en soi, l'écran faisant aujourd'hui office de support privilégié.
           
Le choix d'une thématique sur la photo imprimée pour le mois de la photo apparaît alors comme essentiel au regard du contexte technologique actuel. S'agit-il de dire et d'annoncer que la photographie comme elle est faite depuis plus de 150 ans est vouée à disparaître ou, au contraire, s'agit-il de montrer que le livre ou le magazine confèrent à l'image une valeur symbolique et artistique que les écrans LCD ne sauraient produire ?

Le livre photo
           
En réalité, l'actualité du monde de la photographie nous montre que la question ne se pose pas nécessairement. Evidemment la démocratisation progressive du net et des outils numériques favorise une expansion grandissante d'images sur écrans. Mais le numérique crée une autre pratique de la photographie et, paradoxalement, favorise l'émergence d'images sur des supports papier, le livre en particulier. 
           
Il est assez facile pour un débutant en photo et en informatique de se fabriquer un petit livre de photo, de nombreux petits logiciels freeware le permettent, sans nécessairement demander de grandes connaissances en mise en page. De plus, presque tous les photographes de quartiers proposent dans leurs services de vous faire, à partir de vos fichiers JPG, un vrai livre, relié, pas toujours de très bonne qualité mais toujours sur vrai papier. Malgré le développement incessant des images digitales, le livre de photo n'est pas près de disparaître. 
           
Mais au-delà des stratégies commerciales, le livre est aussi un objet particulier, un support que les photographes apprécient particulièrement. Un des plus grands photographes du 20ème siècle, Henri Cartier-Bresson, disait que la finalité de la photo n'était pas de se retrouver sur les cimaises des galeries mais bien d'être publié dans un livre.
          
 Les professionnels et les amateurs se retrouvent sur le fait que le livre photo possède une "aura" qui lui est propre. On pourrait imaginer que le développement d'Internet et des diaporamas numériques fassent du livre un objet "dépassé" ou "obsolète" mais il représente en réalité un sorte de consécration pour quiconque apprécie les images.

Plus de soixante expositions
         
C'est avant tout à partir de ce constat que se sont présentées les expositions de ce mois de la photo, cherchant à mettre en valeur cette photographie qui reste unie au papier. 
           
A la fondation Cartier Bresson est présenté le fameux "Scrapbook", célèbre livre que Cartier Bresson avait réalisé pour une exposition au MoMa en 1946. La MEP organise une exposition sur le Magazine VU, symbole d'une presse apparue dans les années 20, voulant faire de la photographie un grand objet médiatique. La galerie du passage de Retz propose, quant à elle, une exposition sur les photomontages soviétiques, affiches de propagande pour l'union soviétique, photomontages à la puissance esthétique plus que convaincante.

           Mais ce ne sont là que des exemples parmi la multitude d'expositions proposées pendant le mois de la photo. Il suffit de jeter un œil au programme des expositions pour mesurer le nombre de partenaires liés au projet.
Avec plus de soixante expositions, le mois de la photo est l'événement photographique le plus important à Paris, mais aussi en Europe. En 2004, Berlin et Vienne s'étaient déjà associées au mois de la photo. Cette année Bratislava, Moscou, Rome et Luxembourg organisent, eux aussi, un mois de la photographie.                                                

                                                                                     Jórdi Gourbeix

 

1) Jens Ullrich Mnamni, Collages d'Afrique
 
2 ) Joel Meyrovitz New York City, 5th Avenue and 57th St. 1975
 
3 ) Catherine Poncin Série Du champ des hommes, territoires 2001

Informations Pratiques :

Programme des expositions par arrondissement
A voir aussi :
Agenda
Pour une autre approche de l'événement :
Le mois Off de la photographie
Présentation des artistes et des lieux d'exposition sur :
www.moisdelaphoto-off.org


Pour approfondir la question : La photographie et le livre
Essai collectif sous la direction de Michelle Debat
Trans Photographic Press, Paris, 2003

.:. Haut