Accueil
RevuePratiqueTechniqueTestsVitrines

Dossiers

Le photojournalisme sans la presse ?
Discours nostalgique sur « l’âge d’or » de la profession, virulente dénonciation du marasme actuel : le photojournalisme est-il moribond ? Pour survivre, doit-il apprendre à se passer de son support initial, la presse ? Ce dossier, enrichi au fil du temps de nouvelles contributions, propose de réfléchir aux perspectives d’un genre qui, miné par l’appauvrissement visuel de la presse, la crise des agences photo et confronté au défi du numérique, semble pourtant en pleine mutation.

Lire aussi:
Presse et photographie, une histoire désaccordée par Christian Caujolle.

Chambardements
Haro sur la presse. Parce qu’elle ne commande plus de reportages d’auteurs, parce qu’elle n’en achète plus non plus, parce qu’elle a recours aux bases de données des agences filaires, la presse condamne le photojournalisme de qualité.
  Olivier Mirguet
Depuis les années 80, la presse traverse de graves difficultés économiques : elle produit moins de sujets et donc moins d’images. Et surtout, à travers les banques de données, elle a recours à des images moins chères, plus faciles à lire.
 
Gaëlle Morel
L’émergence de la photo dans le paysage culturel français remonte aux années 1970. Elle gagne progressivement une place dans les musées d’art, elle se dote de ses propres institutions et ce, grâce au militantisme de ses acteurs.