Ce deuxième 25mm dans la gamme Zeiss, gagne un diaphragme, une lentille et il prend de la corpulence avec 140grs en poids. Avec 11 lentilles en 10 groupes permettant une mise au point de 25cm à l'infini, avec une ouverture de f/2 et 71° horizontaux, ce grand angle est annoncé comme très performant en résolution et contraste à toutes les distances de Map.
Sur notre banc et avec le D800e de Nikon nous verrons comment se comporte cet objectif très prisé en photographie de reportage et architecture.

Zone centrale
La pleine ouverture est très riche en détail, même si le contraste n'est pas très élevé. À partir de 2,8 tout devient brillant, pour finir avec un excellent f/4. Des f/5,6 et au-delà, cela n'apporte rien de plus au centre, et comme d'habitude la diffraction commence à arrondir les bords des f/8.

Zim
À 10mm du centre, tout est plus doux, mais les détails de 10µ sont bien reproduits. La pleine ouverture arrive à résoudre des détails de 5µ, mais dans un contraste plus faible ce qui amoindri le résultat

Zp
Dans la zone périphérique, nous avons eu beaucoup de mal pour extraire ces vues. Après plusieurs tests avec des réglages différents, nous avons obtenus ces images. La pleine ouverture reste cohérente avec ce que nous voyons au centre, c'est-à-dire plus de douceur et certaines aberrations qu’amoindrissent le résultat. Mais à f/4 et au-delà, la qualité augmente sensiblement. Avec l'image référence mobile, on s'aperçoit tout de même de la différence avec l'excellence du centre. 

Trichromie
Il très intéressant de voir comment, les mêmes concepteurs et fabricants ne peuvent produire les mêmes corrections, quand on compare celles du 25mmf/2 et son ainé le 25mmf/2,8 on peut constater les progrès faits pour focaliser toutes les longueurs d'onde sur le même point. Sur ce nouveau Distagon de 25mm, malgré les progrès réalisés on reste en retrait par rapport au 15mmf/2,8, que nous venons de tester.

Rf1
Les formes de 5µ de coté son bien définis et contrasté. Sur cette mire à fort contraste même la pleine ouverture reproduit le damier équivalent 100Plmm avec un bon contraste.
Nous avons fait beaucoup de tests comparatifs avec le Distagon de 15mm pour voir le petit plus dans le Ftm du 15mm au centre, mais nous avons trouvé un résultat similaire.


Cliquez pour voir

Ces images à f/4 sont illustration de la vie qui fourmille sous le pixel, c'est à dire dans l'invisible pour tout capteur avec des pixels 5µ ou plus. Ci-joint l'image à la même échelle (1/100) obtenue avec un D800e. Avec l'avènement des appareils monochromes avec des pixels de 2 ou 3µ, ces informations peuvent devenir intéressantes, voir Indispensables.

Conclusion
Ce Distagon se distingue de son frère, par de meilleures performances à tous les niveaux: meilleur contraste et définition aux grandes ouvertures, moins d'aberrations chromatiques et un excellent infini à partir de f/2,8.
Les images avec un D800e sont là, pour illustrer notre test sur banc, mais aussi pour voir l'interaction entre la projection de ces formes et l'accueil et interprétation par les pixels du capteur.

Images avec Nikon D800e


f/8


f/8


f/8


f/22


f/8

f/8


f/8


f4

 

Retour accueil Optiques