Il y a plus de cinq ans, revoirfoto testait deux objectifs Leica M : le 35mm et le 24mm Asph, deux formules assez anciennes (env. 10 ans). Et depuis plus rien, plus aucun test pour la marque.
Avec le  Super-Elmar 18mm f/3,8 Asph, nous commençons une nouvelle série de tests dans la gamme Leica M. Ces tests, réalisés avec la même méthodologie, nous permettront de voir les progrès accomplis par les opticiens  dans ces nouvelles formules.
D'un point de vue mécanique la conception et la finition sont remarquables. Le pare-soleil, par ex., n'est plus un accessoire : c'est une pièce tout en métal qui fait corps avec l'objectif. La seule réalisation du pare-soleil nous démontre
que le goût pour la précision chez Leica s'est d'avantage épanoui avec les nouveaux outils de fabrication. Pour ce grand angle de 100°, les opticiens ont fait appel à 8 éléments en 7 groupes, à une surface asphérique et à un diaphragme à neuf lamelles.

a) Avec ce niveau de qualité, il est difficile de trouver les mots, d'autant plus que les performances sont au plus haut niveau de la pleine ouverture, comme les images le montrent : la neutralité et l'absence absolue de franges colorés permettent des formes très pures, seule la diffraction  à partir de f/5,6 génère une différence entre les trois images de la zone centrale.
 
b) Ici, à 10mm du centre à  pleine ouverture, le damier est plus arrondi et quelques artefacts entourent les micro-détails, mais à partir de f/5,6 tout devient de très haut niveau avec beaucoup de contrastes et de neutralité.

c) Là, le contraste et la  résolution sont moindres, mais si on se réfère à nos résultats avec d'autres optiques, la qualité est exceptionnelle. Il serait intéressant de voir le comportement de cette optique sur capteur et sur film dans les angles extrêmes car l'interaction du contraste, l'angle d'incidence et la surface sensible produiront des résultats différents qui ne sont pas dû au seul fait de la qualité optique.

d) Les courtes focales sont favorisées sur ce test de dé- focalisation en trichromie, mais la qualité et la neutralité produite par ce Super-Elmar deviennent tout de même une référence. Les trois couleurs sont tellement proches qu'il a fallu faire une moyenne de MAP seulement à pleine ouverture pour trouver un excellent rendu à f/3,8.

e) La mire Rf1 à très grand contraste confirme les performances de ce 18mm. Si les progrès techniques continuent, il nous faudra changer le niveau de difficulté de ce test. Nous l'avions d'ailleurs promis mais ne l'avons jamais fait. Le problème  que pose l'introduction d'une nouvelle mire est l'impossibilité de l'appliquer à tous les tests déjà existants.

Conclusion
Cette optique, comme d'autres allemandes que nous avons testées, est un objectif à grande pérennité. Actuellement, ces types d'optique peuvent fournir des informations en-dessous de 5µ. Le Leica  M9 a des pixels de 6,8µ, on peut alors imaginer qu'au moins deux générations de capteurs pourront être éclairées par ce superbe outil.

Images
Toutes les images proviennent d'un M9 et sont présentées à différentes tailles, cliquez sur les images pour les agrandir.


f/3,8


f/5,6


f/8


f/8


f/8


f/8


Retour accueil Optiques