Planar 85mm f-1,4
Déjà à l'époque de la marque Contax, ce Planar faisait partie des meilleurs 85mm, mais seulement les possesseurs d'un boîtier Contax pouvaient en bénéficier.
Désormais il est disponible dans la plupart de montures, Nikon (ZF), Canon (ZE), Pentax (ZK), et même en M42 (ZS).
Dans notre test au-delà des mires au banc, nous avons analysé son comportement sur des capteurs avec des pixels de 5,5µ (D300) et 8,45µ (D700).
Le but étant de montrer le type d'image que le Planar 85mm peux produire, sur le plein cadre 24x36mm  (85mm), ou sur format Dx (équivalent à 127mm) et ce à partir des ouvertures extrêmes, jusqu'au meilleur diaphragme.

a) Zone centrale
Ce qui est remarquable, c'est la très grande quantité d'information utile à f/1,4, ce malgré la perte de contraste, et la non focalisation du rouge aux grandes ouvertures.
Si l'on regarde attentivement les damiers colorés on s'aperçoit que les rendus des couleurs rouge, jaune, magenta, s'accompagnent d'une lueur rouge, phénomène non visible sur les damiers vert, bleu, et cyan. À partir de 5,6 cette coloration diminue fortement.

b) Zim
À 10mm du centre le rendu est de très haut niveau pour ce type d'optique, à partir de f/2,8 le contraste est bon et la matière est présente même sur des damiers de 5µ.

c) Zp
Ici sur cette zone à 20mm du centre, les détails sont moins contrastés, et moins bien définis à pleine ouverture, mais à partir de f/2,8 les micro détails apparaissent bien modelés.

d) Trichromie
La mire avec des filtres très saturés, utilisés en sélection trichromatique, se montre très instructive pour analyser le comportement de cette optique. Avec la mire à damier nous avions remarqué une lueur rouge autour de certaines plages. Ici avec le test de défocalisation des couleurs on voit comment la mise au point sur le vert permet une résolution très élevée, par contre les informations dans les rouges et bleus sont fortement défocalisées et envahissantes. C’est sûrement cette coloration dilatée dans les rouges qui dégrade le contraste et la résolution aux grandes ouvertures. C’est à f/8 que toutes les couleurs sont réunies sur le même plan.

e) Diffraction.
Au début quand on a commencé ces tests d'optiques, on croyait important de montrer l'évolution de la diffraction et du contraste selon l'ouverture.
Mais la lecture visuelle des ces images n'apportait pas grand chose, du fait sûrement que pour le cerveau l'analyse des formes floues est impossible. C'est pour quoi depuis quelques tests nous présentons seulement l'évolution du rendu aux grandes ouvertures.
Sur le Planar 85mm f/1,4, ce test montre que le rendu des micros détails est très élevé malgré un contraste moindre dans les grandes ouvertures.

Conclusion
Plusieurs aspect techniques du Planar 85mm f/1,4 sont à retenir, l'excellente transmission des détails infimes aux grandes ouvertures, la grande cohérence sur tout le champ d'image, et la défocalisation des sujets avec des couleurs très satures, surtout dans le rouge aux grandes ouvertures.
Ces aspects font de cette optique un outil superbe avec de multiples facettes, piqué et doux de f/1,4 à f/2,8, contrasté et de très bonne definition de f/4 à f/8.

 



D 700-plein cadre-détail f/1,4




D700-plein cadre-détail f/4

 

Retour accueil Optiques