En réintroduisant  les boîtiers Zeiss Ikon, Zeiss ne s'est pas contenté de reprendre la gamme d'optiques pour Contax G. Il changé et crée des formules optiques pour moderniser et enrichir la gamme. Le tout nouveau Biogon 35mm f/2 remplace le Planar 35mm f/2 pour Contax G. Avec 9 éléments en 6 groupes, ce 35mm en monture M laisse présager d'excellents résultats.

a- Zone centrale
A pleine ouverture au centre, nous constatons une grande douceur et perte de contraste, mais avec une grande finesse des détails perceptibles. L’amélioration est rapide dès f/2,8. A f/4, le contraste et la résolution au centre sont exceptionnels et fournissent une belle image. Elle est choisie comme référence. A f/5.6, la qualité est similaire et on aperçoit seulement le début de la diffraction.

b-Zone de intérêt maximum (Zim)
Dans cette zone, les détails sont moins bien reproduits, notamment à pleine ouverture. A f/4 , l'image s'améliore, sans arriver à l'excellence du centre.
A f/5,6, le damier de 10µ est très bien reproduit malgré quelques colorations parasites.

c-Zone périphérique
Ce prélèvement à 20 mm du centre nous montre un rendu plus confus. Il faut fermer de deux diaphragmes pour que les carrés de 10µ (50 Plmm) approchent la qualité de rendu des autres zones. En comparant avec d'autres optiques grand angle on constate que cette limite est assez fréquente, et que le Biogon de 35mm est un des plus performants dans cette zone.

d-Aberration chromatique
Ce test très dur à pleine ouverture permet de voir le décalage de mise au point sur les trois couleurs RVB, mais aussi les diverses aberrations liées au diaphragme, grâce au point blanc très lumineux du centre.
Sur cette optique, le décalage de Map est assez importante à f/2. Heureusement c'est surtout dans le bleu profond (peu fréquent) que le phénomène est le plus visible. La Map du vert et du blanc pratiquement sur le même plan, par contre, est une très bonne chose. Pour la référence mobile nous avons retenu l'image a f/4 dans laquelle toutes les couleurs sont a peu prés sur le même plan et que les aberrations chromatiques du centre on disparu.

e-Diffraction
Les trois images avec un damier central de 5µ (100Plmm) sont très éloquentes sur le comportement des objectifs et leur difficultés à approcher les valeurs théoriques de résolution en fonction du diaphragme. Ici on est devant une optique capable de reproduire un damier de 0,5mm à 3,5 métres de distance, avec un excellent contraste à partir de f/4.

Déformation
Négligeable

Conclusion
La pleine ouverture est un peu douce mais très riche en micro détails. Couplée à des films très fins et contrastés, elle fourni des images trés complètes.
De f/4 à f/11 le rendu est excellent sur la plupart des émulsions.   

Un comparatif avec le Summicron 35mm f/2 Asph est en préparation, et nous permettra de faire un parallèle entre deux optiques de très haut niveaux dans le système M.
 

Retour accueil tests

Retour accueil Optiques